ESPACE CLIENT/MEMBRE
Identifiant 
Mot de passe 


Mot de passe oublié?
 
Pour être informé  de nos concerts...
Soutenez l'action de l'OSC-PSL
L'Orchestre et Chœur PSL
remercie particulièrement
pour leur soutien :








 

R O S S I N I   :   P E T I T E   M E S S E   S O L E N N E L L E


   
LE MERCREDI 29 JANVIER 2020 - 20H30
Mairie du 5e arrondissement - Paris
 

PROGRAMME :

Wolfgang-Amadeus MOZART
Ave verum corpus K. 618

Gioachino ROSSINI
Petite Messe solennelle
pour solistes, chœur,
piano et harmonium

Guillemette Beaury, soprano
Floriane Hasler, mezzo-soprano
Étienne Duhil de Bénazé, ténor
Igor Bouin, baryton
Julien Rezak, piano
Arthur Bouchut, harmonium
Chœur PSL

direction : Johan Farjot


C O M P L E T
 
L'Ave Verum de Mozart et la Petite Messe solennelle de Rossini sont parmi les dernières œuvres de chacun de ces compositeurs.
 
Écrit en juin 1791 (6 mois avant la mort de Mozart), l'Ave Verum est l'alliance d'un texte catholique sur une musique maçonnique. Ce motet reflète la personnalité de Mozart : attiré par les idéaux de fraternité de la franc-maçonnerie (il a été promu Maître à la loge de La bienfaisance en 1785), Mozart n'abandonne pas pour autant ses croyances religieuses et écrit ce motet pour le directeur du choeur de la paroisse de Baden.
 
La Petite Messe solennelle est, de l'aveu même de Rossini, un dernier péché de vieillesse et le compositeur espère que Dieu le lui pardonnera. Ayant abandonné la composition musicale à l'âge de 34 ans pour se consacrer à d'autres plaisirs plus terrestres (dont la cuisine), Rossini, à la demande du comte Alexis Pillet-Will, compose en 1863 (il a alors 71 ans) cette petite messe pour un effectif réduit (solistes, petit choeur, piano, harmonium). Il en fera, quatre années plus tard, une version pour orchestre, afin, dit-il, de ne pas laisser à d'autres le soin de le faire.
 
Il faut noter la similitude entre le thème initial du Kyrie, sur un accompagnement rythmé de doubles croches, et le début de La Destruction de Sennachérib écrit trois ans plus tard par Modeste Moussorgski.